Harris Interactive
News


Les traits d’image de Dominique Strauss-Kahn

Sondage Harris Interactive pour LCP dans le cadre de l’émission Politique-Matin 18/02/2011



Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive les 16 et 17 février 2011. Echantillon de 1 007 individus issus de l’access panel Harris Interactive, représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas et redressement appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle de l’interviewé et taille d’agglomération.


A la demande de La Chaîne Parlementaire, et dans le cadre de l’émission Politique Matin, Harris Interactive a interrogé un échantillon représentatif de Français afin de connaître les traits d’image de Dominique Strauss-Kahn. Cet exercice avait déjà été réalisé, avec les mêmes qualificatifs, pour Ségolène Royal en décembre dernier et pour Marine Le Pen en janvier.

Alors que Dominique Strauss-Kahn, de visite en France pour la rencontre des ministres des Finances du G20, s’apprête à s’adresser par deux fois aux Français (dans Le Parisien ce week-end et dans le journal de France 2 ce dimanche), ce sondage visait à dresser le portrait de l’actuel Directeur Général du FMI et à identifier ses atouts et ses faiblesses dans le cas où il se présenterait à l’élection présidentielle de 2012.

Cette étude fait apparaître que :

  1. Dominique Strauss-Kahn dispose actuellement, pour les Français, d’une stature de présidentiable, sa compétence et sa capacité à représenter la France à l’étranger étant reconnues par une majorité d’entre eux, et ce quelle que soit leur proximité politique.
  2. Un peu plus d’un Français sur deux estime même qu’il ferait un bon Président de la République, qu’il a de bonnes idées pour la France et qu’il pourrait réformer le pays dans le bon sens.
  3. Cependant, il souffre d’un déficit de proximité : une majorité doute ainsi de sa bonne compréhension des préoccupations des citoyens. Nous pouvons y voir une des conséquences de son éloignement de la scène politique française. Ce reproche a souvent été adressé, par les Français à travers les sondages, à l’actuel dirigeant du FMI.
  4. Les sympathisants socialistes lui reconnaissent majoritairement toutes les qualités testées, mais les sympathisants de droite sont majoritairement d’accord avec eux sur la moitié des qualificatifs, à savoir : la compétence, la capacité de représentation à l’étranger, le courage et la sympathie. Notons également que les sympathisants Front de Gauche lui accordent ces quatre traits d’image, et les sympathisants d’extrême-gauche trois d’entre eux (tous sauf la sympathie).
  5. Dominique Strauss-Kahn apparaît ainsi bénéficier globalement auprès de son coeur de cible (les sympathisants socialistes) mais aussi auprès de l’ensemble des Français d’une meilleure image que Ségolène Royal1. Cependant, la candidate socialiste de 2007 le devance sur deux points, y compris parmi les sympathisants de gauche : le courage et la capacité à saisir les préoccupations des Français, y compris parmi les sympathisants du PS.


Près de quatre Français sur cinq (78%) estiment que Dominique Strauss-Kahn est compétent. Cette qualité est à l’origine d’un assez large consensus, puisque 90% des sympathisants de gauche la lui accordent, tout comme 84% des sympathisants de droite. Notons que les jeunes sont un peu moins nombreux que la moyenne à estimer Dominique Strauss-Kahn compétent (69%). En comparaison, seuls 32% des Français prêtaient ce trait à Ségolène Royal.


La deuxième qualité la plus prêtée à l’actuel président du FMI est sa capacité à représenter la France à l’étranger : 75% (contre 27% pour Ségolène Royal). Occupant d’ores et déjà des fonctions internationales, Dominique Strauss-Kahn est donc crédité de cette aptitude nécessaire à un chef d’Etat. Là aussi, on n’observe pas de fracture politique majeure : 88% à gauche et 77% à droite.


Une majorité de Français trouve également Dominique Strauss-Kahn courageux (57%) et sympathique (54%). Ces traits d’image lui sont surtout attribués par les sympathisants socialistes (respectivement 79% et 75%) mais la majorité des sympathisants de droite le parent également de ces vertus (56% et 57%). Parmi l’ensemble de la population, Ségolène Royal était jugée en décembre dernier légèrement plus courageuse (63%) mais un peu moins sympathique (45%).


Environ un Français sur deux juge également qu’il a de bonnes idées pour la France (47%), qu’il peut réformer le pays dans le bon sens (49%) et qu’il ferait un bon Président de la République (50%). Sur l’ensemble de ces points, il devant largement la Présidente de la région Poitou-Charentes (respectivement 33%, 26% et 21%). Si les scores des sympathisants de droite sont élevés qu’à gauche de l’échiquier politique, notons tout de même que 43% estiment qu’il ferait un bon Président et 47% qu’il peut réformer le pays dans le bon sens.


En revanche, seule une minorité de Français lui reconnaît une aptitude à bien comprendre les préoccupations des Français : 35%. Ce sont avant tout les sympathisants de droite qui lui reprochent de ne pas être suffisamment proche des problèmes des Français, seuls 31% lui reconnaissant cette aptitude. Mais cette proportion n’est « que » de 47% parmi les sympathisants de gauche et 55% parmi les sympathisants socialistes. Sur ce point, il est donc devancé par Ségolène Royal, qui recueillait 40% d’opinions positives parmi l’ensemble des Français et 73% parmi les sympathisants socialistes.



- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


Résultats détaillés








En savoir plus :

 

 

 
Sondages Publiés
News
Evènements
Interviews
  
CODE DEONTOLOGIQUEDEMO EN LIGNEGAGNANTSPLAN DU SITERECRUTEMENTEVENEMENTS

©2014 Harris Interactive